2015-raymond

A quoi associez-vous le(la) «champion(ne)»?

Ce que me répondent mes clients, en formation ou en conférence, c’est souvent «hors norme/ extraordinaire», «gagnant», «dépassement de soi», «grande volonté», etc.
Très (trop?) rarement vient ce qui est pourtant une réalité : la fragilité.

L’imaginaire collectif a du mal à envisager la globalité et l’humanité d’un(e) champion(ne). Comme s’ils n’étaient faits d’une seule pièce ou que les différentes pièces dont ils sont fait ne puissent être que reluisantes et exemplaires.
Pourtant, les exemples sont nombreux de leurs fragilités : le coup de tête de Zinedine Zidane, l’arrêt de carrière de Laure Manaudou ou plus récemment les déboires d’Ervin N’Gapeth pour ne citer que certains dérapages célèbres.
Ayant la chance de les accompagner depuis de nombreuses années, je voudrais témoigner dans cette newsletter de cette face cachée pour les ré-humaniser en quelque sorte, et, par répercussion, rendre leurs exploits plus grands encore.

Bien sur, vous préférez vous identifier aux éléments positifs, à ce qui fait rêver, à l’invincibilité.
Pourtant, il arrive à ces hommes et ces femmes, avant -et parfois après- leurs exploits, de traverser des phases difficiles, de passer par des remises en questions et des déceptions sévères, ou d’avoir envie de tout laisser tomber. Et bien d’autres choses encore.

Pourquoi en serait-il autrement?
J’ai déjà évoqué le sujet : les victoires ne sont belles que parce qu’existe la possibilité de la défaite.
Les plus belles victoires sont toujours celles obtenues dans une grande adversité, dans la plus grande incertitude.

Ceci est un extrait de la dernière newsletter envoyée par Seika Coaching, la société de Magali Baton, ancienne médaillée mondiale de judo et désormais coach certifiée HEC Exed.
Si vous souhaitez vous abonner à sa newsletter c’est par ici :

EntrepreneurMotivation
Author: Nomis Stéphane

Get Connected